Voyage : souvenirs des Caraïbes, partie 1

Il y a un mois, j’étais dans les Caraïbes, à oublier le quotidien stressant et à profiter pleinement des paysages, de la mer, du sable fin et de la chaleur. Si je n’ai pas spécialement parlé de cette aventure sur les réseaux, c’était un événement pourtant très attendu. Pendant ce voyage je suis sortie de ma zone de confort à plus d’un titre, j’ai appris énormément et j’ai découvert des endroits magnifiques et spectaculaires. Je vous propose, le temps d’une série de deux articles, de partir avec moi et de découvrir ensemble cette superbe aventure faite de magnifiques couchers de soleil, de plages paradisiaques de sable fin, d’eaux turquoises et de fleurs colorées. 

 

1/ Le MSC Preziosa

 

J’ai eu la chance folle de partir dans les Caraïbes en croisière. Une amie s’est vue proposer un voyage/séminaire grâce à l’un de ses fournisseurs, et m’a alors proposé de partir avec elle, chose complètement inouïe pour moi, n’ayant jamais fait de croisière et n’étant jamais partie dans les Caraïbes. Ce fut carrément une aventure pour moi, et je ne la remercierai jamais assez de m’avoir proposé ce voyage. (Elodie, si tu passes par là, coeur coeur sur toi). Le voyage comprenait le trajet aller en avion (Paris Orly vers Pointe-à-Pitre, Guadeloupe), la croisière en demi-pension de huit jours, et le trajet retour en avion (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe vers Paris Orly). Nous avons voyagé avec la compagnie Corsair, compagnie dont je n’ai rien à redire concernant les prestations, si ce n’est peut-être un choix relativement limité de divertissements à visionner pendant un vol long courrier (surtout quand on ne dort pas. du. tout. de. tout. le. trajet.).

 

Hors retards à l’aller comme au retour, le trajet aller a duré 8h40, tandis que le vol retour a quant à lui duré 7h55, les vents (et les turbulences) étaient avec nous. Tout s’est plutôt bien passé, même si c’était looooong. A notre arrivée à Pointe-à-Pitre, nous avons récupéré nos valises et nous sommes parties dans la foulée au port pour embarquer sur le bateau. Pendant une grosse semaine, j’ai ainsi voyagé en croisière à bord du MSC Preziosa, un paquebot pour le moins énorme : je ne suis pas cliente des croisières, autant vous dire que j’ai été amusée et surprise à bien des reprises. Le bateau est grand, très grand, genre un peu un énorme Goliath (et toi à côté, t’es même pas David, mais une minuscule petite fourmi). Il est grand, mais l’organisation suit parfaitement bien, le staff est rodé, c’est une machine bien huilée.

 

A l’embarquement à bord du bateau en Guadeloupe, nous avons dû passer un point de contrôle, vous savez, pour présenter les papiers et montrer patte blanche. Le personnel n’était pas spécialement souriant, mais je pense avec du recul que 1) ils doivent voir tellement de monde (pas toujours discipliné) qu’à un moment, juste, ça veut plus et 2) le trajet a grandement épuisé ma patience qui était alors égale à celle d’une petite cuillère… Après ces formalités, nous avons récupéré notre petite carte bleue MSC : cette Cruise Card faisait office de passeport, de clef de chambre, d’open bar et d’accès au restau, etc. Pratique ! (Mais bonjour la trouille de la perdre). Une fois le côté administratif réglé, nous avons récupéré notre chambre et posé nos valises (enfin !). Nous avons visité un peu le bateau, on s’est un peu perdues aussi (et pas que le premier jour), et ensuite : apéro time (mojito !), repas, puis au lit car le lendemain l’aventure commençait véritablement, avec notre premier arrêt sur une île, Saint Lucia.

 

2/ Sainte Lucie (Saint Lucia)

 

A SAVOIR – Si on ne passe pas par MSC et ses excursions, on doit se débrouiller par nos propres moyens pour visiter l’île. Cela implique très souvent de prendre un taxi ou un taxi minibus si on est un groupe. C’est le choix que nous avons fait tout au long du séjour, et à Sainte Lucie pour commencer. De plus, il y a des horaires de débarquement-embarquement stricts à respecter (en général 9h-18h sur l’île), donc les visites doivent être assez réfléchies en amont si on veut profiter à fond (une journée, ça passe très vite).

 

Sainte Lucie est une île qui me laisse perplexe. Les paysages étaient plutôt complètement grandioses, mais le contexte de la visite, lui, beaucoup moins. Dès notre arrivée c’était compliqué. Vu qu’il y a approximativement 4000 passagers sur le bateau, quand on s’arrête sur une île, déjà le bateau on ne peut pas le rater, et surtout, même si tout le monde ne descend pas/ou pas en même temps, ben ça fait quand même un peu de monde sur la place : les chauffeurs de taxi locaux qui proposent des tours guettent les proies en mode money money et marchandage, en résulte que c’est la cohue générale sur le port.

 

Du coup, ça n’a pas loupé, premier jour oblige, on s’est fait avoir comme des bleus, et bim 45$ la journée par personne pour faire 6 heures de route sur une route sinueuse et vraiment merdique (si si), le tout avec un chauffeur de taxi qui se prenait pour un pro du rallye. Et surtout, tout ça pour voir de loin des bébés cascades bondées et payantes, des montagnes payantes et des plantations de bananes (je vous le donne en mille) payantes. Je vous l’accorde, ce n’est pas trop vendeur tout ça. Il faut noter que nous n’avons eu qu’un aperçu rapide de l’île et que, très probablement, d’autres coins auraient été plus sympas à visiter/découvrir.

 

Ma copine Elodie et moi-même avons sympathisé avec des croisiéristes dès le premier soir sur le bateau, ça s’est fait très naturellement, si bien que nous avons passé la semaine ensemble en groupe. Du coup, notre première journée a surtout été faite de discussions et de fou-rires sur fond de quelques arrêts en taxis çà et là pour prendre des photos de points touristiques (qui au demeurant et si on enlève les 35 taxis garés aux alentours, sont magnifiques). Quand nous sommes revenus sur la ville de Castries nous avons fait un arrêt plage avant de retourner au bateau, et ça par contre c’était un bon moment. Déjà, parce qu’on sortait de l’enfer de la voiture. Et puis aussi parce que la mer. Et puis la mer bleue turquoise.  Et le sable fin tout chaud. Oui, ça, c’était super !

 

3/ Barbade (Barbados)

 

Mon île favorite. Je le dis maintenant avec du recul, mais je le pensais déjà à peine j’avais foulé un pied sur l’île. Je le sentais, et ça s’est clairement confirmé à mesure que les heures avançaient et qu’on découvrait l’île. Bien évidemment, le contexte a fortement joué sur mon appréciation personnelle. J’ai tout aimé sur cette île, les endroits qu’on a vus étaient extraordinaires, et, vraiment, j’en garde un excellent souvenir. Déjà la journée a bien commencé, puisqu’à la descente du bateau, notre petit groupe de 6 personnes était d’avis que c’était mort pour recommencer comme la veille, et, en gros, se faire pigeonner.

 

Du coup en sortant du port, on a dit non à tous les guetteurs et chauffeurs de taxis, et on a marché un peu avant finalement de tomber des chauffeurs freelance, et plus particulièrement sur un chauffeur super cool, calme et poli qui se proposait de nous faire découvrir l’île à 30$ par journée pour une personne. Il n’était pas insistant, ce qui nous a décidé. Et vraiment on a eu du bol, parce que non seulement le prix était plutôt correct, mais surtout notre chauffeur était un ange : il était d’une gentillesse incomparable, il roulait super bien, et il n’était vraiment pas avare d’informations ni de détails sur cette île qu’il connaissait par coeur.

 

Il s’est montré honnête sur les lieux à visiter et ceux à éviter, et, en gros, il nous a évité les gros trucs trop touristiques et nous a fait voir des superbes endroits : Harrison’s Cave, Bathsheba, promenade dans l’île, Miami Beach et Bridgetown. Etant la seule bilingue du groupe, comme pour toutes les autres îles anglophones j’ai dû faire la traductrice, mais, surtout, j’ai eu la chance du coup de pouvoir discuter plus avant avec les chauffeurs de taxi, et d’apprendre un tas d’informations. J’ai par exemple appris que cette île a un taux de chômage extrêmement bas, que le prix du mètre carré de terrain est en moyenne de 1 à 2$, que les jeunes travaillent principalement dans le tourisme, qu’il y a une forte présence militaire sur l’île, que le bateau de Jack Sparrow mouillait à Bridgetown, que Rihanna est originaire de l’île et a une rue qui porte son nom, ou, encore, qu’Usain Bolt avait fait ses premiers entraînements au stade de Bridgetown.

 

J’ai tout aimé sur cette île, et plus particulièrement Bathsheba, le coin des surfeurs avec des grosses vagues, et, surtout, Miami Beach et son récif. Pour la petite histoire, je suis loin d’être une fan des bateaux déjà (oui, je suis allée en croisière), mais surtout je suis une stressée de la mer et de son immensité, qui me paniquent littéralement. Pourtant, là, l’eau à Miami Beach étant bleue limpide, j’ai pris le parti d’aller me baigner. Après un temps d’hésitation, je me jette à l’eau (vous l’avez ?), je nage, je me mets à l’aise quoi… Et au bout de 5 min, deux des filles du groupe qui nageaient plus loin se mettent à hurler en pointant quelque chose dans ma direction. Je me retourne paniquée, et je vois une grosse tache noire dans l’eau qui vient vers moi.

 

Je me suis littéralement vue mourir bouffée par un requin, et bien sûr j’étais figée : impossible de bouger, jusqu’à ce que, finalement, je me rende compte qu’il s’agissait d’une (énorme) tortue et non d’un grand blanc. Je me suis détendue et éloignée pour la laisser tranquille. Et, en fait, il y avait plein de tortues tout autour, et j’ai passé l’aprèm dans l’eau à évoluer avec elles (de loin). Le bonheur. En fait, le chauffeur de taxi m’a expliqué qu’elles vivent dans le récif pas loin, et qu’elles aiment se laisser porter par le courant pour manger. Du coup, elles se rapprochent aussi des baigneurs. J’imagine qu’elles ont dû faire des frayeurs à d’autres stressé(e)s de l’océan !

 

4/ Trinité & Tobago (Trinidad & Tobago)

 

Je vais passer archi rapidement sur cette île situé à 15 km du Vénézuela, car nous ne sommes restés qu’1h30 à arpenter Port d’Espagne (Port of Spain), la ville portuaire où le paquebot s’était arrêté. On a surtout en fait, pris des coups de soleil et marché le long du port. Tout le monde avait le contre-coup du voyage, on avait pris le parti de ne pas bouger trop loin de la ville, il faisait très chaud (soleil de plomb), et les premières impressions de la ville n’étaient pas super (taxis qui te harcèlent, autorités avec joint à la main, saleté, bruit constant). On a donc pris le parti de très rapidement faire demi-tour et d’opter pour une journée piscine sur le bateau. Encore une fois, je pense que l’impression générale tient au peu que l’on a vu. On aurait débarqué ailleurs, ça aurait probablement été différent j’imagine. Enfin bref, pas grand chose à dire, sinon que je ne retiens pas cette île dans mon top 3.

 

5/ Grenade (Grenada)

 

Dernière étape de ce premier blogpost spécial Caraïbes : Grenada, l’île aux épices, où nous sommes arrivés le jour de la fête de l’Indépendance de l’île. A notre arrivée, nous avons pris le parti de faire comme pour la Barbade, à savoir no taxi et on marche un peu avant de trouver un freelance. Celui qu’on a trouvé faisait un peu peur au premier abord avec sa cicatrice à la gorge qui allait d’une oreille à l’autre, et sa façon bien à lui d’être complètement perché dans son monde, il faut bien être honnête, mais il était plutôt cool au final.

 

L’île de Grenade est très volcanique, et se compose principalement de la forêt tropicale et de plages magnifiques. A notre descente du bateau nous avons un peu marché avant de prendre un taxi, et nous sommes montés au Fort George qui date du début 18ème, et autant vous dire, ça grimpait bien ! Après cette ascension, nous avons trouvé le fameux chauffeur de taxi et nous nous sommes mis en route à la découverte des environs. Nous avons fait plusieurs arrêts sur l’île, dont un stop dans la forêt dense et humide chez une vendeuse d’épices super sympa qui nous a fait goûter trente six milles épices et saveurs différentes, dont la muscade, la cannelle, le chocolat ou encore le gingembre (qui t’arrache le palais). Elle nous a donné plein d’informations, et aussi des idées recettes faciles et gourmandes. C’était un bon moment d’échange, de découverte et de gourmandise, et c’était aussi, je trouve, un beau moyen de bien commencer la journée.

 

Après ce stop, le chauffeur a emmené notre petit groupe dans les hauteurs et nous avons ainsi traversé la Rain Forest, très verte et luxuriante, puis nous sommes redescendus par son village, et il nous a montré sa maison. Après ces péripéties en voiture, nous avons pris le parti de terminer la journée à la plage, et notre chauffeur qui connaissait un policier nous a alors fait rentrer sur une plage privée. C’était plutôt cool de sa part je trouve. Donc à partir de là on a fait plage-mer-plage-mer-plage. Un peu plus loin, à l’occasion de la fête de l’Indépendance, une dame cuisinait l’Oil Down, le plat national fait de plein de saveurs différentes : viande, banane plantain, fruit à pain, poisson, dumpling, lait de coco, épices. Cette très gentille dame se proposait de nous l’offrir à déguster dans une noix de coco, accompagnée d’eau de noix de coco fraîche (à boire à la paille dans la noix). Nous avons donc mangé un plat local, et c’était vraiment délicieux. Et ensuite nous avons passé le reste de l’après-midi à papoter, le plus souvent de l’eau turquoise. Et, après notre journée épices/rain forest/plage, nous sommes retournés sur le bateau, des beaux souvenirs dans la tête, et des épices parfumés dans le sac à dos.

 

Je vais m’arrêter là pour cette première partie du voyage, déjà bien longue. Et bientôt, dans un second article, je vous parlerai plus en détails de Saint Vincent et des Grenadines, de la Martinique et de la Guadeloupe, et, surtout de mon ressenti et de mes impressions concernant cette semaine de voyage. J’espère en attendant que vous avez aimé cette petite balade dans les Caraïbes, et, si vous avez des questions, n’hésitez pas, l’espace de commentaire est fait pour ça !

 

 

 

Les Caraïbes 1 - Le calepin de Céline #caribbean #islands #island #beach #sun #fun #sea #ocean #boat #croisiere #msc #soleil #plage #vacances #mer #ocean #bonheur #voyage #travel #travelblogger

14
Poster un commentaire / Leave a comment

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stéphanie
Invité

Ça me fait beaucoup de bien de lire ton article qui me rappelle de merveilleux souvenirs, j’ai fait le même périple en catamaran il y a maintenant 10 ans, c’est inoubliable et je rêve de pouvoir y retourner un jour.

Rose Capsule
Invité

Je me suis évadée le temps d’un article ! 🙂 Les paysages sont magnifiques et cela devait être une sacrée expérience de nager au milieu des tortues (même si j’imagine la frousse que tu as eu durant un court instant !) J’ai hâte de lire la suite !
Bisous

Nadia
Invité

Merci pour ce voyage près de chez moi. Je suis d’accord avec toi. Pour avoir fait presque toutes les îles des Caraïbes, la Barbade est une de mes préférées. J’attends avec impatience la suite de ton périple et les avis que tu nous partageras.

nos coeurs voyageurs
Invité

Nous avons craqué pour les Antilles françaises il y a 2 ans. on aimerait bien découvrir une autre partie des caraïbes comme la Barbade. Difficile de ne pas tomber sous le charme de la culture créole et son charme métissée. et puis j’ai toujours l’impression de découvrir une nature vierge et d’être dans le jardin d’Éden, c’est fantastique. Hâte de lire la suite de vos aventures…;-)

Laparenthesedor
Invité

Ouah la taille du bateau est impressionnante !
Et les photos font rêver.
Ça fait du bien de voir un peu de ciel bleu, la mer, alors que je vois de la pluie et du gris depuis 2 semaines 😂

la fourmi élé
Invité

Autant dire que ça fait rêver ! je ne sais pas si je ferais le voyage en croisière mais les escales sont bien tentantes !!

Yasmine D.
Invité

Je pense faire la Barbade l’année prochaine. Séjour en Martinique pour voir la famille, je vais en profiter pour faire les îles aux alentours. Tu m’as convaincue avec la Barbade.